Informer pour une école de qualité

- Advertisement -

2ème Congrès ordinaire du REDICI : De nouveaux engagements pris

Les institutrices formées sur les solutions contre les VBG

175
Listen to this article

La salle Kodjo Ebouclé, de 1 500 places du Palais de la Culture d’Abidjan Treichville, était exiguë, le samedi 30 septembre 2023, pour la tenue du 2ème Congrès ordinaire du Réseau des dynamiques institutrices de Côte d’Ivoire (REDICI). En effet, nombreuses sont les institutrices ivoiriennes, membres dudit réseau, vêtues du nouveau pagne REDICI, qui n’ont pas voulu se faire conter ce 2ème Congrès ordinaire après celui de 2019 dans la capitale politique et administrative ivoirienne à Yamoussoukro.

L’ambiance était studieuse et festive le samedi 30 septembre 2023 au Palais de la Culture de Treichville lors de la tenue de ce 2ème Congrès ordinaire du REDICI. Placé sous le thème « La lutte contre les VBG en Côte d’Ivoire : approches sanitaires et dispositions sécuritaires en faveur des femmes », la première partie de ce congrès a été consacrée au développement de 4 sous-thèmes par 4 panelistes. Le premier sous-thème intitulé « Les VBG constatées en Côte d’Ivoire : la réponse du CNDH » a été développé par Oscar Bodoua, du CNDH.

La photo de famille après l’investiture du nouveau Bureau national du REDICI.

Ce dernier, qui a édifié les Rediciennes et les cafopiens, futurs instituteurs et institutrices, nombreusement représentés, a indiqué que 762 cas de VBG ont été signalés jusqu’au 31 juillet 2023. A en croire M. Bodoua, il y a de plus en plus de cas qui sont portés au CNDH. Il a signalé un taux de progression de 75,70% au premier semestre 2023. Le paneliste du CNDH a communiqué aux Rediciennes le numéro vert, entièrement gratuit du CNDH qui est le 80000888, en vue de signaler les cas de VBG à sa structure. Quant aux trois (03) derniers sous-thèmes que sont « La responsabilité du MENA dans la lutte contre les VBG sur les enseignantes ivoiriennes »,

« La contribution des institutrices à la lutte contre les décès néonatals et infantiles en Côte d’Ivoire y compris les VBG et leur prise en charge sanitaire » et « La lutte contre les VBG en Côte d’Ivoire : quels sont les mécanismes mis en place et les contributions du gouvernement ? », ils ont respectivement été animés par Mme Gado épouse Koné du Ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA), Dr Zérégbé du Ministère de la Santé et Josiane Bessi du Ministère de la Femme, de la famille et de l’enfant. Pour les uns et les autres, la lutte contre les phénomènes des VBG et les décès néonatals et infantiles, qui sont d’actualité, ont besoin de l’implication de tous.

La présidente du REDICI, lors de son intervention.

La reconnaissance et les promesses de la présidente réélue du REDICI

La seconde partie de ce Congrès a concerné l’investiture de la présidente du REDICI, Sepi Emma Nadège Epse Diabagaté, réélue pour un second mandat de 3 ans en mars dernier et son nouveau bureau national fort de 17 membres de l’exécutif, 10 responsables des zones et 10 responsables des commissions. C’est la ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Kandia Kamissoko Camara, première marraine du REDICI, qui a procédé à cette investiture. A l’issue de celle-ci, la présidente Sepi Emma Nadège a dit être consciente de cette confiance à lui renouvelée qui est une responsabilité des plus importantes.

« Je mesure l’ampleur ; nous vous en remercions et promettons de porter, avec fierté et engagement, cette noble mission, soyez en rassurés », a-t-elle déclaré. La présidente réélue du REDICI a, par ailleurs, affirmé que  depuis 2019, date du premier Congrès du REDICI marquant l’investiture des membres du bureau exécutif de la première mandature dont le thème était  « l’Institutrice ivoirienne, d’hier à aujourd’hui, engagement, performance et dynamisme pour une école de qualité ». Elle et ses camarades ont, pendant ces cinq années passées, œuvré à valoriser l’image du métier d’instituteur.

Cela s’est fait, selon elle, au plan professionnel par plusieurs séances de formations pour le renforcement de leurs capacités, au plan social par des actions sociales en faveur des membres avec la mise sur pied d’une Caisse sociale interne (CSI) et en faveur de de leurs élèves avec la création de la cellule CEJEFI, les distributions de matériels didactiques et pédagogiques… etc. Aussi, au plan économique, la présidente Sepi Emma Nadège a dit avoir initié des activités génératrices de revenus en vue de relever le niveau financier de leurs membres pour un meilleur épanouissement social.

« Je suis heureuse, accompagnée des membres du bureau, de poursuivre cette belle œuvre à la tête du REDICI en vue de promouvoir le modèle d’institutrice /éducatrice, de femme / pilier de la famille, et de citoyenne /responsable dont la nation toute entière attend de voir », a-t-elle promis pour cette nouvelle mandature. « Durant ces trois années, nous apporterons davantage nos efforts à bâtir l’édifice REDICI. Nous sommes conscientes que nous devons faire preuve de beaucoup de courage et de résilience face à tous les obstacles ; les adversités et les difficultés.

Nous tâcherons d’honorer : la priorité des priorités qui est de donner de la compétitivité, des résultats probants et de la visibilité à notre rôle dans le secteur éducation-formation », a tenu à confier la présidente Sepi Emma Nadège. Pour ce faire, elle a placé ce second mandat sous trois leviers qui sont l’unité, l’engagement et l’autonomisation financière. En somme, la présidente du REDICI a témoigné sa reconnaissance à tous les membres du REDICI qui ont contribué « à poser les assisses dudit réseau, avec engagement, dévouement et dynamisme » et qui onElle n’a également pas oublié les membres du comité scientifique qui ont œuvré chacun avec forces et  convictions à faire de cette organisation ce qu’elle est aujourd’hui.

Les personnalités présentes à ce congrès

Sepi Emma Nadège, toujours dans le chapitre des remerciements, n’a pas oublié Kandia Camara qui depuis le premier Congrès les suit, la ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation Mariatou Koné qui constitue également leur conseillère de tous les jours, le ministre de la Santé, Pierre N’Gou Dimba, et celui de la Femme, de la famille et de l’enfant, Nassénéba Touré pour leur co-parrainage, les partenaires et autres structures et associations qui leur font confiance en leur apportant divers soutiens.

Le soutien du PCA Zadi Gnagna

 Le PCA de MAE-CI et président de la Plateforme nationale des organisations professionnelles des secteurs public et privé, Zadi Gnagna a, au nom des syndicats, dit être venu féliciter les institutrices pour le travail qu’elles font. Il a demandé que le gouvernement les protège au nom de leur travail. Dans le cas contraire, a-t-il dit, que l’Etat ne les affecte pas dans les contrées les plus reculées. Il a, également, déploré le fait que ces 5 dernières années, il ait eu beaucoup d’agression sur les camarades enseignants.

Zadi Gnagna a apporté son soutien syndical au REDICI.

Le sponsor officiel RIYADH CITY Abidjan offre un appartement au REDICI

L’occasion était belle pour le sponsor officiel, RIYADH CITY Abidjan, une opération immobilière de GAIA Côte d’Ivoire, expert en immobilier d’offrir par la voie de sa directrice générale, Manelle Kouti, un appartement au REDICI. Selon Manelle Kouti, il s’agit, à travers ce don, de participer au combat tel que la lutte contre les VBG, mais aussi à celui qui concourt au développement de tous.

Le Sponsor officiel RIYADH CITY Abidjan offre un appartement au REDICI.

Le mot des co-parrains

Au nom des co-parrains, Brou Goto Raymond du Ministère de la Santé est revenu sur la question des VBG. Selon lui, 5,7% des sages-femmes sur les 8 000 que compte son Ministère sont victimes de viol. Pour lui, ce combat doit être collectif. Il a fait un don de 1,5 million FCFA au REDICI, au nom du ministre Pierre Dimba.

Kandia Camara toujours généreuse envers le REDICI

La première marraine du REDICI a encore, une fois, fait œuvre de générosité. Elle a offert la bagatelle somme de 5 millions de FCFA au Réseau des institutrices ivoiriennes dont elle dit être membre en tant que « maîtresse de la classe de CP2 B. » Kandia Camara a dit être fière du travail effectué sur le terrain par le REDICI, même si elle n’est plus à la tête du Ministère de l’Education nationale. « Je vous disais que je serai toujours à vos côtés parce que je crois à la justesse du motif de création du REDICI… Je vous suis et je vois que le REDICI avance », a-t-elle confié.

La marraine naturelle du REDICI, la ministre Kandia Camara a offerts 5 millions à ses filleules.

Elle a salué le fait que le REDICI ait participé à la mise en place du Réseau des institutrices de l’Afrique de l’Ouest. Parlant du thème du congrès, la ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères a dit que la question des VBG doit être réglée avec exigence et les femmes doivent être au-devant de ce combat. Elle n’a pas manqué de saluer les panelistes pour leurs interventions qui ont permis à chaque institutrice de partir avec des informations. Aussi, la première marraine et membre du REDICI a appelé les Rediciennes à l’union et à la mobilisation pour la réussite de leur combat. Kandia Camara a félicité les nouveaux membres du Bureau en les invitant à un REDICI toujours plus fort.

Elle a rassuré et indiqué qu’elle soutient le REDICI parce qu’elle est elle-même enseignante et que le métier d’enseignant est le métier le plus noble de la terre. Car, ce sont les enseignants et formateurs qui forment les chefs d’Etat, les ministres, les docteurs, les pilotes, les astronautes et autres. « Le tout n’est pas de créer une association mais c’est de l’animer, et de la rendre dynamique et c’est ce que vous faites », a-t-elle affirmé avant de remettre officiellement la coquette somme de 5 millions FCFA à la présidente, Sepi Emma Nadège Epse Diabagaté, comme soutien pour continuer le combat.

Il faut également noter que le REDICI, pour immortaliser ce 2ème Congrès ordinaire a offert des tableaux avec des images portraits des ministres Kandia Camara, Mariatou Koné, N’Gou Dimba Pierre… Des prestations d’artistes internes ont égayé ce 2ème Congrès ordinaire. Aussi, des stands de partenaires ont été dressés dans la cour du Palais de la Culture afin de présenter les différents produits, livres, offres immobilières Kits d’appel etc., aux Rediciennes et aux personnalités présentes.

Benoît Kadjo

- Advertisement -